61% des entreprises le sécurisent mal et 35% des salariés contournent les règles de sécurité

0

La pandémie de COVID-19 a fondamentalement changé notre façon de travailler. Du jour au lendemain, les organisations ont dû adapter leur architecture d’accès à distance pour prendre en charge les demandes de télétravail. Alors que la vie d’entreprise reprend, que le télétravail s’impose pas à pas, il faut désormais composer avec ce nouveau mode de travail hybride avec des équipes dispersées.

Tandis que les organisations continuent de faire évoluer leurs architectures de réseau et de sécurité pour prendre en charge cette nouvelle main-d’œuvre hybride, Palo Alto Networks a voulu faire la lumière sur la façon dont les entreprises prennent en charge ce nouveau modèle d’organisation du travail. Voilà pourquoi ils ont menéu une étude sur l’état de la sécurité du travail hybride des entreprises dans le monde.

Menée par ONR, un tiers indépendant, l’enquête a interrogé 3 000 personnes impliquées dans la sécurité de l’information, les opérations de réseau et le développement d’applications. Les personnes interrogées connaissaient le réseau et l’architecture de sécurité de leur organisation et étaient composées de responsables technologiques (C-Level et vice-présidents) ainsi que les membres des équipes de sécurité des applications ou de sécurité de l’information/opérations de sécurité.

Difficultés et défis à retenir: 

De nombreuses entreprises ont eu des difficultés avec leur accès à distance ainsi que de nombreux défis de sécurité à relever induits par la pandémie et le travail hybride. Les organisations regardent vers l’avenir avec des solutions hybrides sécurisées pour leurs employés. 

  • A l’échelle mondiale: 61% des répondants déclarent avoir eu du mal à fournir la sécurité à distance nécessaire pour prendre en charge les capacités de travail à domicile. En France, ils sont 54% à le déclarer contre 60% en Allemagne, 56% au Royaume-Uni. 
  • De nombreux dirigeants craignent que des raccourcis n’aient été pris faisant peser sur leur entreprise  un risque cyber élevé: 
    • 48% des organisations ont admis avoir compromis la sécurité ou augmenté les risques de sécurité en étant laxistes sur des politiques de sécurité et en laissant aux employés plus de latitude que ce qui était normalement acceptable. En France, 26%, 22% en Allemagne, 30% au Royaume Uni l’admettent également
    • 53% des organisations qui privilégiaient l’accès à distance sont désormais exposées à des risques de sécurité importants dus à des violations de la politique d’utilisation acceptable non contrôlées et à une utilisation non autorisée des applications. 
    • 35% des répondants ont convenu que leurs employés avaient contourné ou désactivé délibérément les mesures de sécurité à distance qu’ils ont mises en œuvre. En France, 21% le déclarent, tandis qu’ils sont 16% en Allemagne et 28% au Royaume-Uni à le déclarer également. 
  • Les organisations regardent désormais vers l’avenir et s’y préparent: 
    • 62% des répondants envisagent une solution de sécurité dédiée pour assurer la sécurité de leurs équipes dispersées et travaillant en mode hybride. 
    • 71% des organisations s’attendent à ce que leur sécurité soit principalement ou entièrement dans le cloud au cours des 24 prochains mois.

About Author

Desirée Rodríguez

Directrice de Globb Security France et Espagne. Journaliste et rédactrice. Avant son incorporation à GlobbTV, elle a développé la plupart de son activité dans le groupe éditorial Madiva. Twitter: @Drodriguezleal.

Leave A Reply