A quel point votre activité sur les réseaux sociaux est-elle privée ?

0

Pour la plupart d’entre nous, nous adorons les réseaux sociaux, bien sûr certains plus que d’autres. C’est vrai, ils nous permettent de communiquer plus facilement avec nos amis, familles, collègues, et tout cela gratuitement. « Si c’est gratuit vous êtes le produit » ; nous l’avons écouté de millions de fois mais il existe toujours un moyen de protéger votre vie privée, n’est pas ?

Google et les réseaux sociaux sont d’immenses entrepôts de données. Ils utilisent leurs données pour au final mettre au point des pubs et inciter les entreprises à cibler leur publicité. Google et Facebook font systématiquement des piqûres de rappel aux utilisateurs concernant leurs paramètres de confidentialité mais personne ne vous informe que les réseaux sociaux recueillent sur vous.

146061826964913841_1641897164_1226283687_thumb

C’est bien beau de connaître les paramètres de confidentialité que vous pouvez changer, mais il est aussi interessant de savoir les données que Facebook, par example, a des utilisateurs. Un article de ProPublica promettait, il y a quelques jours, de montrer aux utilisateurs les données que Facebook possédait sur eux. Pour ce faire, il fallait installer un plugin sur Chrome.

Une fois cela fait, vous pouvez vérifier pourquoi vous recevez certains types de publicités. Par exemple, une femme qui tombe enceinte et qui fait des recherches en relation avec sa grossesse a de très fortes chances de tomber sur des publicités concernant l’éducation des enfants. D’ailleurs, les listes d’intérêts que vous avez sur Facebook peuvent vous aider à améliorer la qualité des pubs que vous voyez en supprimant les thèmes dont le site pensait à tort que vous étiez intéressé. Mais, en faisant ça, vous contribuez au développement de la base publicitaire de données de Facebook.

Il existe aussi un outil qui permet de faire pareil sur Twitter, cette fois, il s’agit d’ne solutions crée par Sharad Goel, professeur assistant à Stanford au département des sciences de gestion et d’ingénierie en collaboration avec les étudiants Ansh Shukla, Jessica Su et le professor Arvind Narayanan de l’université de Princeton. Ils ont développé Footprints. « Nous étions intéressés de savoir quelle quantité d’informations était dévoilée en navigant sur le Web » affirme Goel. « Nous souhaitons susciter une prise de conscience et permettre des choix en meilleure connaissance de cause. Il s’agit davantage d’une démonstration académique. Nous n’essayons pas de rendre l’outil disponible à d’autres personnes, il s’agit plus d’une question de sensibilisation » ajoute.

About Author

Daniel de Blas

Journaliste spécialisé avec plus de 18 ans d'expérience dans une technologie. Il a été directeur de publications technologiques comme Macworld (dédiée au monde Apple) ou TechStyle (dédiée à l' électronique de consommation) et après il a travaillé avec TICbeat.com comme responsable de développement de produit, ainsi que avec l'Unité Éditoriale comme responsable et le rédacteur du site Web tecnopasion.com, lié à marca.com. Actuellement il est le Chief Content Officer de GlobbIT.

Leave A Reply