Annulation MWC, les fraudeurs sont eux toujours présents !

0

Bien que l’épidémie de coronavirus ait mené à l’annulation du MWC, les fraudeurs, quant à eux, ne connaissent pas de pause. Il est donc plus important que jamais de rester vigilants en protégeant les entreprises et leurs clients.

Dans une industrie en pleine mutation, notamment avec l’arrivée de la 5G, comment les telcos français doivent innover pour mettre leur stratégie de lutte contre la fraude à la hauteur des nouveaux risques ?

Parmi les réponses à cette question figurent les trois angles suivants, mis en avant par les experts fraude d’Experian :

  • Faire converger les différentes applications de lutte contre la fraude vers une plateforme unique – aujourd’hui, les telcos disposent de dizaines de technologies différentes pour limiter l’usurpation d’identité, vérifier les coordonnées dès l’onboarding, contrôler l’historique d’un client, etc. Autant de systèmes qui demandent un traitement unique et multiplient les analyses. Par ailleurs, ils ne disposent pas toujours des moyens de vérifier l’intégralité des points de données de clients. Alors que l’arrivée de la 5G va redynamiser le marché des terminaux et des offres de téléphonie, l’attrait pour les fraudes sera lui aussi relancé et il va devenir plus que jamais nécessaire de faire converger ces systèmes vers une plateforme unique capable de tirer le meilleur parti de l’ensemble des informations disponibles, quel que soit le canal de contact afin de délivrer un résultat simple et optimal pour une prise de décision rapide et éclairée.
  • Adapter les processus à l’ère du numérique– alors que les procédures d’ouverture de compte restent au cœur des priorités des telcos, la protection des espaces clients en ligne est quant à elle assez sous-estimée. Pourtant, alors que ces espaces ne contenaient autrefois que des informations basiques et ne permettaient que peu d’opérations, ils proposent aujourd’hui de multiples services nécessitant des données plus critiques dont les coordonnées bancaires, le tout sous l’œil vigilant de régulateurs soucieux de la stricte application des normes, notamment du RGPD et de la DSP2. Ces espaces sont donc une nouvelle cible idéale pour les fraudeurs, car insuffisamment protégés (souvent par simple login et mots de passe).
  • Mutualiser l’intelligence anti-fraude entre opérateurs – ce concept existe déjà chez nos voisins espagnols ou britanniques, qui bénéficient de leur propre National Fraud Prevention Scheme (NFPS) permettant notamment aux opérateurs télécom de se protéger mutuellement, mais aussi de contribuer à la protection des consommateurs en limitant l’impact de phénomènes tels que le vol de données, notamment par phishing. Ce type de dispositif est actuellement en discussion en Italie et aux Pays-Bas. En France, il reste à ce jour au stade de la réflexion, notamment en raison de freins règlementaires.

About Author

Avatar

Leave A Reply