DevSecOps et les fournisseurs de cloud public : la voie vers des tests de sécurité automatisés et intégrés

0
Le paysage actuel de la sécurité numérique peut être décrit en un seul mot : compliqué. En effet, les menaces sont de plus en plus nombreuses et avancées, les exigences de conformité indéfinissables et complexes, les infrastructures à sécuriser sont nébuleuses. En d’autres termes, la sécurisation des applications, des données et de la supply chain représente désormais plus qu’un travail à plein temps, et malheureusement, les entreprises ont du mal à suivre le rythme.
Le problème de la Sécurité
Les ingénieurs des équipes DevOps évoluent dans un environnement sans frontière et les serveurs d’intégration continue automatisés permettent de réaliser des développements et des tests en toute autonomie. Ainsi, la sécurité doit impérativement être mise à la disposition de toute l’équipe de la même manière : pratique, accessible à tout moment par les ingénieurs, transparente et efficace.
Cependant, la sécurité est souvent considérée comme un goulot d’étranglement puisque ce sont généralement quelques experts qui se retrouvent au contact de multiples versions d’applications et de de nombreuses équipes de développeurs. En raison de cette disparité entre les équipes, le niveau de demandes est saturé et les retards s’accumulent.
Le recours à une équipe AppSec indépendante des équipes DevOps s’avère aujourd’hui compliqué, voire dangereux, puisque grâce à l’automatisation possible via cette méthode, les équipes applicatives publient de nouvelles améliorations ou modifications hebdomadaires, accompagnées de conseils de remédiation lents. La sécurité des applications est alors un véritable goulot d’étranglement.
Intégration et automatisation à la rescousse
Les équipes de sécurité et les développeurs doivent donc désormais travailler ensemble, et non plus indépendamment les uns des autres. En effet, les développeurs ne devraient pas avoir à attendre des réponses ou à interrompre leur travail afin d’obtenir de l’aide, mais devraient, au contraire, être équipés de solutions de sécurité qu’ils peuvent et doivent comprendre, mais surtout qu’ils peuvent configurer et utiliser eux-mêmes. Il faut également veiller à ce que ces outils s’intègrent à leur mode de travail : de l’intégration à la livraison, à leurs IDE lorsqu’ils saisissent du code, ainsi qu’aux demandes de suppression de code. En d’autres termes, il faut s’assurer que tous les tests et vérifications pourront générer un commentaire immédiat et précis. Au même titre que l’adoption de la méthode DevOps, le DevSecOps doit faire partie intégrante de la culture d’entreprise afin d’être la plus efficace possible.
Les avantages de l’approche DevSecOps
Les plus grands défis pour les équipes DevOps consistent en des priorités concurrentes, le manque d’outils standardisés et le manque de coopération entre les équipes de développement et de sécurité. S’il est difficile de trouver et de retenir des experts et des développeurs compétents en matière d’AppSec, la sécurisation du code externalisé, tiers et open-source représente un défi supplémentaire pour les équipes DevOps. Les méthodes de développement actuelles impliquent des cycles de publication plus rapides et une pression croissante pour que les applications soient mises en production plus rapidement, ce qui a indéniablement un impact sur la sécurité de l’application.
A l’heure où les cyberattaques sont des menaces permanentes, il est aujourd’hui indispensable pour les entreprises d’adopter l’approche DevSecOps qui leur permettra ainsi d’automatiser la sécurité applicative. Il sera alors possible d’instaurer une culture du “shift left” permettant des livraisons rapides des applications, accompagnées de retours d’informations plus rapides sur la sécurité. La méthode DevSecOps contribue à l’automatisation de tous les processus de sécurité manuels tels que les analyses de code et permet une réponse et une correction plus rapides. De quoi rassurer les clients, mais surtout d’assurer la pérennité de l’entreprise en renforçant encore un peu plus sa sécurité.

About Author

Christophe Gaultier

Directeur des Ventes CyberRes France & BeLux chez Micro Focus

Leave A Reply