Informatique d'entreprise : en 2022, ouvrons le champ des possibles

0

S’il y a une leçon positive que l’industrie high-tech peut tirer de la pandémie, c’est que le changement est rarement aussi insurmontable qu’il n’y paraît.

Ce 2022 la technologie restera l’un des moteurs de la transformation des entreprises. Selon les cas, on pourra parler de consolidation ou d’expansion. Par exemple, les technologies d’infrastructure et les processus mis en place à la hâte évolueront régulièrement pour gagner en maturité. De leur côté, les technologies applicatives continueront à offrir un large choix aux divisions, tout en garantissant une grande simplicité aux utilisateurs. Enfin, les stratégies de cloud et de cloud hybride revêtiront une importance toujours plus stratégique.

Dans ce contexte, quelles seront les perspectives des responsables informatiques ?

Connectivité omniprésente et Internets parallèles

Les applications et leurs données associées constituent le ciment de toute organisation. Dans un monde où des milliers de milliards d’appareils existent et où tous ont un rôle à jouer – en contribuant au contexte d’une « application » via la production ou l’utilisation de données –, la connectivité omniprésente devient une exigence de base. En parallèle, l’expansion des réseaux 5G, WiFi6 (802.11ax) et LoRa / LPWAN ouvrira la voie à un changement majeur dans le domaine de la connectivité, jettera les bases de l’Edge Computing et offrira une multitude de nouvelles possibilités dans de nombreux secteurs.

Alors que la demande de bande passante mondiale continuera à augmenter, les géants du Web continueront à développer leurs capacités sous-marines et terrestres à une échelle inédite et leurs dorsales seront plébiscitées par les entreprises qui s’en serviront pour acheminer leur trafic réseau. Nous pourrons ainsi voir émerger des « Internets parallèles », garants de meilleures performances, d’une portée étendue et d’une sécurité renforcée par rapport au modèle Internet traditionnel.

Hyper-automatisation

De nombreuses entreprises sont freinées par leur incapacité à changer radicalement les processus métier, en grande partie en raison du cloisonnement des services et des données.

La RPA (Robotic Process Automation) est de plus en plus utilisée pour traiter les processus moins complexes et orientés services. Mais que se passe-t-il si les entreprises souhaitent adopter une vision inter-entreprises plus globale de l’automatisation – dans l’optique de soulager les collaborateurs afin qu’ils puissent se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée ? C’est là qu’entre en jeu l’hyper-automatisation, qui automatise les processus dans un contexte plus large que l’automatisation traditionnelle. Pour faire simple, l’hyper-automatisation combine plusieurs technologies de pointe – RPA, Narrow AI, découverte et exploration des processus, gestion des processus métier et workflow low-code.

Elle se concentre également sur la refonte de l’ensemble du processus en repensant le nombre optimal d’étapes et en utilisant des technologies pour automatiser ces étapes dans toute l’entreprise. Elle suscitera une forte demande à mesure que les besoins dans les domaines de la transformation digitale et de l’automatisation des processus métier et informatiques progresseront. D’ailleurs, Gartner estime que d’ici 2025, le marché des logiciels soutenant l’hyper-automatisation atteindra près de 860 milliards de dollars, avec un taux de croissance annuel cumulé de 12,3 %.

IA pour tous

De nos voitures à nos expériences d’achat en ligne, l’IA, ou plus précisément la Narrow AI, est partout – et sa portée s’étend à chaque nouvelle itération. La technologie sous-jacente étant de mieux en mieux dissimulée et de plus en plus facile à utiliser, les opportunités d’innovation se multiplieront. OpenAI Codex en est un très bon exemple. Cette IA traduit le langage naturel en code. Le système maîtrise déjà plus d’une douzaine de langages de programmation et peut interpréter des commandes simples en langage naturel et les exécuter au nom de l’utilisateur. En pratique, cela permet de créer une interface en langage naturel pour des applications existantes et ouvre d’infinies possibilités pour les utilisateurs métier ou finaux qui n’ont besoin que de leur « voix » en vue de concevoir de nouvelles expériences et interagir avec des systèmes back-end complexes.

Décentralisation

L’évolution des stratégies IT au fil du temps a abouti à un patchwork d’applications, de services, d’architectures et de modèles de déploiement différents qui ont, en partie, suivi les mêmes tendances que celles adoptées par l’industrie. Et à l’heure où les questions de confidentialité, de propriété, de confiance et de dépendance continuent à attiser les préoccupations, nous observons un intérêt croissant pour les applications décentralisées (dApps) et leur utilisation potentielle en vue de fournir des réponses aux développeurs d’entreprise et commerciaux. C’est dans le domaine de la DeFi (finance décentralisée) que les dApps ont le plus le vent en poupe. Si ce secteur est relativement nouveau, il ne cesse de prendre de l’ampleur et devrait s’imposer comme la référence à suivre pour les autres industries.

Metaverse

L’histoire de la technologie et de l’innovation humaine a été marquée par des échecs retentissants. La réalité virtuelle, la réalité augmentée et la réalité mixte nous accompagnent depuis de nombreuses années. Mais bien que prometteuses, ces technologies ne se sont jamais démocratisées. Pour autant, la situation pourrait être sur le point de changer.

La confluence des besoins – et notamment la demande accrue de collaboration dans un monde post-COVID où le « bureau » n’est plus un bâtiment et où les entreprises cherchent à améliorer leur empreinte carbone en réduisant les déplacements internationaux – contribuera-t-elle à la renaissance du metaverse ?

Les lois de la physique et les technologies actuelles ne nous permettent pas de nous déplacer physiquement d’un endroit à un autre en appuyant simplement sur un bouton. Mais que se passerait-il si nous pouvions vraiment nous immerger dans de fascinants mondes photoréalistes, jumelés numériquement et offrant un tel sentiment de présence et de collaboration que nous aurions l’impression d’avoir transcendé les frontières physiques ? De nombreuses entreprises disposent de technologies capables de donner vie à de tels mondes. Facebook mise son avenir sur le metaverse. Apple dispose de nombreuses technologies qui pourraient l’obliger à se lancer sur le marché. Et Google et Magic Leap pourraient eux aussi être dans la course.

Ce qui est formidable lorsqu’on étudie des perspectives d’avenir, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir parfaitement raison. L’essentiel, c’est avant tout d’explorer différents processus de pensée et d’apprendre du passé pour offrir de nouvelles possibilités, synonymes d’innovation et de croissance. En bref, d’un point de vue technologique, la période actuelle est absolument passionnante.

About Author

Christian Reilly

Christian Reilly est vice-président et CTO chez Citrix. Il est responsable de la stratégie technologique et de l'ingénierie pour la division Workspace. Avant de rejoindre Citrix, Christian a occupé pendant plus de 15 ans des postes de direction chez Bechtel, société d'ingénierie et de construction basée aux États-Unis. En plus de son expertise dans la stratégie technologique, la conception de systèmes, l'évaluation commerciale, la mise en œuvre et l'exploitation d'environnements complexes, Christian a également supervisé la gestion commerciale et technique des principaux comptes mondiaux. Christian est originaire de Manchester, en Angleterre et a étudié le commerce et l'informatique à l'University of Central Lancashire, en Angleterre.

Leave A Reply