IoT et sécurité : un couple encore maudit

0

Les objets connectés sont de plus en plus utilisés par les cybercriminels pour former des réseaux de botnet. Il n’y a pas de segmentation des cibles : les IoT (Internet of Things – Internet des Objets) des particuliers sont autant ciblés que ceux des professionnels. Une fois que l’objet connecté est piraté, il agit comme un zombie et dépend des commandes reçues par l’attaquant. Les cyberattaques basées sur des armées d’IoT piratées peuvent ainsi se multiplier et perpétrer des vols de données de santé ou d’informations personnelles.

En septembre 2016, l’hébergeur OVH est victime d’une attaque DDoS. Près de 145 000 objets connectés sont pilotés à l’insu de leurs utilisateurs par un serveur botnet. Cette attaque massive sature les serveurs de l’hébergeur et perturbe la distribution des services auprès de ses clients.

Quelques semaines plus tard, c’est au tour du serveur DNS Dyn, acteur stratégique de l’Internet aux États-Unis, d’être ciblé. Des millions de caméras de sécurité, routeurs et autres objets connectés deviennent le vecteur d’attaque (réseau botnet) d’un serveur central.

Les IoT en chiffres : estimations et constats

En 2014, IDC annonce qu’il existe à travers le monde 200 milliards d’objets capables de se connecter à Internet. 14 milliards d’entre eux (soit 7%) communiquent déjà via Internet et représentent 2% des données numériques mondiales. D’ici à 2020, IDC prévoit entre 30 et 50 milliards d’IoT, représentant à eux seuls 10% du volume total de données générées.

Fin juillet 2015, les différentes études menées par HP Fortify portant sur la sécurité des IoT révèlent que les montres connectées sont une nouvelle cible pour les pirates. 100% des appareils testés présentent des vulnérabilités. Celles-ci mettent en évidence la mauvaise protection des données personnelles (authentification et chiffrement insuffisants par exemple).

Deux ans plus tard, où en sommes-nous ?

Les attaques augmentent et les techniques progressent. Le malware Mirai utilisé pour corrompre des IoT se fait doubler par Hajime, un logiciel malveillant aux mêmes fonctions, mais plus puissant. À l’échelle mondiale, 100 000 IoT seraient infectés par Hajime.

Chaque mois, de nouvelles cyberattaques DDoS apparaissent. Sur le blog d’ESET (WeLiveSecurity.com), les chercheurs relèvent qu’un botnet P2P de 2003 a été mis à jour pour s’adapter aux nouveaux agents connectés. Il semblerait que les botnets autrefois sur ordinateurs se dirigent vers les mobiles… Et prochainement sur les objets connectés.

La sécurisation des IoT : négligence des constructeurs ?

Les constructeurs d’IoT concentrent leurs efforts sur la technologie de leur appareil. Les coûts de fabrication de la plupart d’entre eux sont faibles, permettant ainsi de proposer un produit accessible au public. Administrer des systèmes de sécurité dans ces appareils est long, coûteux et compliqué. Or, les constructeurs veulent rentabiliser rapidement la commercialisation de leur IoT. La partie sécurité n’est donc généralement pas prise en compte. Heureusement, tous ne sont pas dans ce cas de figure.

D’ici 2018, IDC prévoit que 34% des dépenses en sécurité se feront sur la protection des données à caractère personnel. À cette date, chaque particulier disposera au total d’une trentaine d’objets connectés : smartphone, voiture connectée, montre, réfrigérateur, box, jouet pour enfants…

Quelles solutions pour se prémunir des attaques ciblant les IoT ?

Bien que certaines normes soient en place, aucune réglementation n’oblige les constructeurs à mettre en place des mesures de sécurité sur les IoT. En attendant, la première étape serait d’acheter des objets connectés de qualité conformes aux normes de sécurité actuelles. Les experts ESET conseillent également de mettre à jour les logiciels et de tester les appareils. Ceci permettra de détecter d’éventuelles vulnérabilités (mots de passe mis par défaut) et d’y remédier. Enfin, la sécurisation du réseau est indispensable.

Dans ce contexte, comment détecter les nombreuses menaces issues de milliards d’appareils ? Est-ce faisable en mode proactif et dès leur création ? Les gestionnaires de risque des grandes entreprises déclarent travailler en moyenne avec une cinquantaine de solutions de sécurité. Combien sont réellement adaptées aux cybermenaces que représente l’emploi de l’IoT ?

About Author

Benoît Grunemwald

Directeur des Opérations - ESET France

Leave A Reply