L’ère de l’hyper-innovation passe par une gestion multi-changements

0

La crise sanitaire a forcé les entreprises à réévaluer leurs priorités et leurs stratégies pour sortir de la crise plus fortes, plus compétitives et mieux préparées à un avenir instable. Le numérique est devenue le principal moteur de la compétitivité post-pandémique. Par conséquent, les entreprises doivent simultanément devenir plus résilientes, efficaces, flexibles, durables et, surtout, plus digitales. 

Au début de la pandémie, il a fallu se concentrer sur la continuité des activités en permettant aux collaborateurs de travailler à domicile. Puis, une fois ces défis initiaux de résilience résolus, les entreprises se sont rapidement tournées vers l’efficacité et la productivité. Certains dirigeants estiment qu’en période d’incertitude et de volatilité, ils ont été contraints de mettre en pause les initiatives en matière d’innovation. Pourtant, nombre d’entre eux ont rapidement réalisé que le cloud représentait un élément moteur de leur capacité à rester opérationnels tout en restant flexibles. C’est pourquoi de nombreuses entreprises ont accéléré leur digitalisation et ont conçu des stratégies pour étendre les approches axées sur le cloud à d’autres processus métier et flux de travail. Alors que le travail et la collaboration sur site étaient autrefois considérés comme des conditions préalables au succès et à l’innovation des entreprises, cette perception a fondamentalement changé. 

Dans ce contexte, « hyper-innovation » signifie que les entreprises déploient des technologies de pointe pour devenir à la fois plus résilientes, productives, flexibles, durables et compétitives. Par exemple, le télétravail était un pilier important de la résilience et de la productivité des entreprises au cours des derniers mois. Mais aujourd’hui, le travail est à nouveau transformé, dans le but d’accroître la flexibilité. L’avenir du travail réside dans un modèle hybride, dans lequel les collaborateurs peuvent se déplacer au bureau, travailler depuis chez eux ou travailler en déplacement, en fonction des besoins professionnels de chacun et des préférences personnelles. 

Dans ce nouveau monde de travail hybride, les entreprises doivent prendre conscience du rôle radicalement différent du bureau. Grâce aux services cloud et aux espaces numériques de travail, les collaborateurs peuvent désormais effectuer des tâches de routine où qu’ils soient. Le bureau abandonne son statut désuet de lieu de travail pour celui d’espace d’interactivité, de créativité et d’échange. Les chefs d’entreprise doivent définir les paramètres d’un changement culturel adéquat au sein de leurs structures.  Cela consiste à permettre une transition en douceur d’une culture basée sur la présence à une culture basée sur les résultats et les réalisations. Cette transformation culturelle doit aller de pair avec la numérisation du travail, faute de quoi une entreprise risquerait de perdre en compétitivité, et de passer à côté des hauts potentiels dans la guerre mondiale des talents. 

Un autre domaine requiert une attention immédiate : la durabilité. Ces dernières années, il est devenu de plus en plus évident que les entreprises de toutes tailles doivent adopter un mode de fonctionnement plus respectueux de l’environnement. Dans le même temps, le développement durable comprend également une dimension sociale : les organisations doivent redoubler d’efforts pour développer un environnement de travail responsabilisant, inclusif et sain pour leurs collaborateurs actuels et à venir… Les entreprises devront évoluer pour devenir un lieu de travail plus durable tant d’un point de vue environnemental que social. 

L’ère d’hyper-innovation dans laquelle nous nous apprêtons à entrer nécessitera des dimensions multiples et simultanées de conduite du changement. Bien entendu, la gestion d’entreprise a toujours été une question de gestion du changement : il y a toujours eu de nouvelles lignes de produits à lancer, de nouvelles chaînes logistiques à négocier, de nouveaux processus à introduire et de nouveaux domaines d’activité à tester. Mais aujourd’hui, de nombreux changements tels que la résilience ou la productivité en passant par la stratégie commerciale et la durabilité écologique et sociale doivent être gérés en même temps. Ainsi, dans un avenir prévisible, l’enjeu pour les organisations consistera à être en mesure de gérer simultanément plusieurs dimensions du changement pour se préparer à l’ère d’hyper-innovation ultra-évolutive qui s’annonce.

Le socle commun à ces multiples changements réside dans la numérisation des processus de travail et une main-d’œuvre flexible. Les plans de relance post-pandémie déployés dans les pays européens auront donc beaucoup plus de succès s’ils focalisent les investissements sur la transformation numérique et sur un environnement de travail flexible qui optimise le rendement des collaborateurs. L’ère de l’hyper-innovation sera numérique et centrée sur les salariés.

About Author

Mario Derba Mario Derba

Vice-Président Europe de l'Ouest et du Sud, Citrix.

Leave A Reply