L’Europe futur acteur de premier plan dans l’Intelligence Artificielle

1

À l’heure actuelle, le principal problème de l’intelligence artificielle est qu’elle n’est pas clairement comprise. Reconnaissons qu’un logiciel qui apprend et évolue en fonction d’informations qu’il interprète lui-même, cela peut paraître opaque surtout lorsqu’il s’agit de comprendre exactement comment et sur quelle base le logiciel a pris ses décisions… Combinez cette opacité avec notre tendance à anthropomorphiser la technologie de l’IA – qui vient peut-être de l’influence généralisée de la science-fiction – et nous pouvons comprendre pourquoi les gens s’interrogent sur le rôle de l’IA, son fonctionnement, et pourquoi il leur est difficile de faire confiance à une application ayant sa propre intelligence !

Ce manque de compréhension peut être comblé par le discours sociétal, l’évangélisation des technologues, l’éducation et l’expérience directe de l’interaction avec ou de l’utilisation des technologies basées sur l’IA. Il y a un vrai travail aujourd’hui à effectuer sur la compréhension de l’IA et les investissements peuvent grandement aider à faire ce travail.

L’intelligence artificielle est une révolution majeure qui va bouleverser notre société et toucher de nombreux aspects de notre vie professionnelle et privée. Elle n’est pas encore véritablement autonome dans le monde de l’entreprise, mais son déploiement est déjà de plus en plus fréquent dans de nombreux domaines tels que l’aide à la décision. Cela s’accompagne d’un désir croissant de comprendre comment les technologies autonomes prennent des décisions et agissent ensuite sur ces décisions, ainsi que l’impact subséquent qu’elles ont sur la société et l’individu. Alors que la raison d’être de l’IA qui est la prise de décisions autonomes peut être complexe et opaque, il est clair que l’IA est bien plus qu’un sujet technique – elle a aussi des dimensions sociopolitiques.

Dans la sphère professionnelle, l’IA ressemble plus aujourd’hui à Robocop qu’à l’ordinateur intelligent Skynet de Terminator. L’IA augmente les capacités humaines de sorte que les systèmes peuvent fonctionner à des vitesses et à des échelles que les humains seuls ne peuvent pas atteindre. C’est dans ce contexte que nous voyons de plus en plus d’exemples d’intelligence artificielle appliquée axés sur des tâches spécifiques qui sont complexes, volumineuses en données, mais quelque peu répétitives par nature, et qui, en tant que telles, sont candidates à l’automatisation. Les sciences de la vie ont été l’un des premiers utilisateurs d’IA, et plus récemment nous avons vu une montée en puissance de l’IA dans le marketing financier ou encore dans le transport autonome.

Dans le monde de la cybersécurité, l’IA apporte également un élément majeur : elle permet de combler un important manque de compétences professionnelles et de ressources et à réduire les obstacles à l’accès à la profession de cybersécurité. Ici, l’IA est utilisée pour combattre les adversaires de la cybersécurité, par exemple en analysant les communications en temps réel et en repérant les signaux cachés afin d’identifier les comportements malveillants. Cela suppose de traiter des volumes extraordinaires de données, en temps réel, et d’appliquer à ce traitement des algorithmes mathématiques complexes permettant de détecter instantanément des comportements malveillants. Pour un humain, réaliser cette performance est tout simplement impossible. Et lorsque vous êtes en mesure d’identifier et d’arrêter rapidement les cyberattaques avant qu’elles ne fassent des ravages, vous réduisez considérablement les risques commerciaux.

About Author

Matt Walmsley

Matt Walmsley est directeur EMEA chez Vectra. Il possède 25 ans d'expérience dans le déploiement et la sécurisation d’infrastructures réseaux. A travers divers rôles de conseil, en avant-vente ou en marketing technique, Matt a accompagné dans sa carrière des grandes entreprises technologiques telles que Endace, Hewlett Packard et 3Com. Il a rejoint à Vectra avec pour mission d'aider les organisations à transformer leurs capacités de cyberdéfense, en déployant des solutions avancées de détection des menaces alimentées par l'intelligence artificielle. Matt est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires.

1 comentario

  1. L’ia n’est pas un concept noiuveau on en parlait bien avant les années 80.C’est vrai qu’à cette époque personne n’y comprenait rien.Pourtant tous les jours nous utilisons sans le vouloir l’ia.Un simple exemple nos ordinateurs se mettent en veille au bout d’un certain nombre de remps.Maintenant que la définition de l’ia a changé pour notre securite on se demande ou cela va s’arrêter.

Leave A Reply