Obama gracie Manning, l’informateur de Wikileaks. Remplira Assange sa promesse de se rendre aux États-Unis ?

0
Le président américain Barack Obama a annoncé cette semaine sa décision de commuer la peine de l’ancien soldat Chelsea Manning, condamné à 35 ans de prison pour avoir divulgué des documents secrets alors qu’il était un analyste du renseignement. Elle sortira de la prison le 17 mai. 
Manning (à cette époque, nommé Bradley, avant de commencer un traitement de changement de sexe) fuite plus de 700.000 documents secrets publiés par Wikileaks. Y compris les documents sur les guerres en Irak et en Afghanistan et Cabes Département d’Etat qui ont attiré les couleurs du gouvernement américain pour ses pratiques militaires. Pour ces fuites, Manning a été condamné à la plus grande peine dans l’histoire des États-Unis pour ce type de crime. Malgré une gamme basse, il a réussi à recueillir beaucoup d’informations secrètes de son poste en Irak. Selon Manning, la raison de filtrer l’information était la nécessité de faire connaître les injustices qui ont eu lieu, et que quelque chose soit fait à ce sujet.
L’un des documents les plus controversés était aussi la première fuite via le site Wikileaks, la vidéo « dommages collatéraux », dans laquelle se voit un assassinat de sang-froid par les pilotes américains qui décident d’attaquer une zone où il n’y a que des civils, tuant des civils et deux employés de Reuters au cours de la guerre en Irak en 2007.
Manning est dans la prison militaire de Fort Leavenworth, où il a tenté de se suicider à deux reprises, en juillet et octobre 2016. Trois jours avant son mandat imparti, Obama a décidé de commuer la peine de l’ancien analyste, qui, en mai ferait quatre ans en prison. 
D’autre côté, Obama a commuée la paine à 209 autres condamnés, et a pardonné autres 64. Au cours du procès, l’ancien officier militaire a plaidé coupable et a présenté ses excuses pour la fuite des documents.

Bradley Manning (Juin 2012) (AP Photo / Patrick Semansky) Bradley Manning (Juin 2012) (AP Photo / Patrick Semansky)

Assange a demandé il y a quelques jours un pardon en échange de la cession, va tenir sa promesse?

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a déclaré à travers le profil Twitter de la bande de fuites que si l’administration Obama donnait la grâce à Manning, il accepterait l’extradition vers les États-Unis. Assange, qui vit réfugié à l’ambassade de l’Equateur à Londres depuis 2012, a dit qu’il allait se rendre aux autorités américaines pour faire face à leurs accusations d’espionnage.
tweet-obama-wikileaks
Le fondateur de Wikileaks est également demandé par la justice suédoise, car il y a une plainte à ce sujet pour un cas d’abus sexuel présumé, qu’il dit est faux. Nous devrons attendre pour voir si Assange remplit sa promesse de se rendre aux autorités américaines. Assange, qui a l’intention de participer par vidéoconférence à différents événements à travers le monde au cours des prochains mois, le temps n’a pas annulé ses interventions et l’agence assurée jusqu’à il y a quelques jours qui viennent en tête. Mais après les dernières nouvelles, pour l’instant il n’a pas été dit à ce sujet, bien que d’un tweet veiller à ce que Assange est une personne de mot. Autrement dit, de tenir sa parole de se rendre aux Etats-Unis.
assange-tweet-se-confirma
Après les nouvelles, Wikileaks a annoncé à nouveau dans son compte du réseau social de leur «victoire» et Assange lui-même a exprimé son opinion dans une note qualifie Manning héroïne.

Snowden n’est pas pardonné

Bien que Edward Snowden est aussi un ancien analyste américain accusé de fuite, le gouvernement américain a voulu souligner les différences entre les deux cas. Ils considèrent les fuites réalisés par Snowden comme « beaucoup plus graves« . L’ancien analyste de la NSA a également donné l’encouragement à Manning à travers son compte Twitter pour tenir les mois restants en prison. La Maison Blanche a souligné le repentir par Manning, qui a demandé une grâce présidentielle en 2013 pour son changement de sexe et devenir femme.

About Author

Monica Valle

Journaliste spécialisée en technologie et cybersécurité. Directrice de Globb Security et présentatrice du programme sur sécurité informatique et technologie Mundo Hacker. Twitter: @monivalle.

Leave A Reply