TES attaqué

0

Le nouveau fichier des « titres électroniques sécurisés » (TES) inquiète car bien que les autorités assurent qu’il est destiné aux passeports et aux cartes d’identité, il semble possible qu’il il puisseservir tôt ou tard à d’autres fins que celles actuellement prévues. Il semble donc inquiétant l’ampleur et la nature des informations qu’il va réunir, surtout parce qu‘il s’agit d’une base de données qui réunira les données personnelles et biométriques de 60 millions de personnes selon les estimations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), de la quasi-totalité des Français.

C’est pour cela que l’offensive judiciaire est lancée: Mardi, le collectif des exégètes Amateurs a annoncé son intention d’attaquer devant le Conseil d’État le décret donnant naissance au TES. Les détails de sa stratégie seront communiqués ultérieurement mais la CNIL a déjà mis en garde sur « les conséquences qu’aurait un détournement des finalités du fichier » qui imposent « des garanties substantielles et une vigilance particulière » sur la sécurité.

De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’ilegalité du TES

tes

De la CNIL au Conseil National du numérique, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la mise en oeuvre de ce fichier débattu. Pour le gouvernement, il s’agit de lutter contre la fraude aux faux documents et de procéder à une simplification administrative. Mais un fichier qui compile les données de toute la population d’un pays ne paraît pas très agréable pour le sénateur socialiste GaëtanGorce, membre de la Cnil, qui dans Libération a montré son désaccord en appelant le TES « une sorte de monstre ». À son tour, le président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, Michel Tubiana, redoute quant à lui un possible « hachage du fichier » par des pirates informatiques.

À ce propos, l’actuel ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, qui en 2012 s’était farouchement opposé à la création par la droite d’un fichier comparable, au nom du groupe socialiste, estime maintenant que le fichier « ne présente pas plus de risque » de piratage « que les deux qu’il va remplacer ». Nous nous demandons donc, quels sont les risques qui comportent un fichier comme celui que le gouvernement veut créer dans le cadre du cybercrime? En 2011, en Israël, où un fichier similaire a été crée et il a été attaqué.

Et si nous considérons les données qu’il y aura dans ce fichier: l’état civil, la couleur des yeux, la photographie du visage, les empreintes digitales et l’adresse email pour les personnes qui ont fait des demandes de réservation par Internet… le danger est problématique. Selon affirmé Marc Rees, rédacteur en chef du site spécialisé NextInpact et spécialiste des questions juridiques, ce fichier sera consultable « par toutes les personnes habilitées, que ce soit au sein des préfectures, du ministère de l’Intérieur ou encore des services de renseignements. L’objectif des personnes qui consultent le fichier est variable« .

En plus, l’actualité quotidienne montre bien que l’exploitation de faille de sécurité, chez des entreprises et gouvernements est monnaie courante. Pour le moment sont beaucoup ces qui ont en effet dénoncé la création de ce fichier donc il faudra attendre les mesures prises par le gouvernement.

tes-3

 

About Author

Desirée Rodríguez

Directrice de Globb Security France. Journaliste et rédactrice. Avant son incorporation à GlobbTV, elle a développé la plupart de son activité dans le groupe éditorial Madiva. Twitter: @drodriguezleal.

Leave A Reply