Uber suspend ses tests avec ses voitures autonomes

0
Nouveau coup dur pour Uber, un SUV Volvo XC90 autonome a été impliqué dans un accident aux Etats-Unis dans la ville de Tempe (Arizona) selon affirment de nombreux sites américains, dont Bloomberg. Ces médias rapportent que l’un des véhicules autonomes de la société à fait parti d’un accident impliquant deux autres véhicules. Et à la vue des photos, partagées sur Twitter par Fresco News (@fresconews), le caractère prudent de la conduite robotisée selon Uber peut être remis en question. En effet, on y voit donc le XC90 renversé et le second véhicule avec de la tôle froissée et pour le moins une vitre latérale brisée.
Uber
Heureusement, aucun blessé ne serait à déplorer. Mais, pour l’instant, personne a pu confirmer que la voiture était en mode autonome ou bien si c’était cette personne qui contrôlait le véhicule au moment de l’accident. Néanmoins, compte tenu de l’excellente tenue de route d’un SUV comme le XC90 en temps normal, la violence de l’accident laisse tout de même penser que la vitesse devait être assez élevée.
Uber a décidé de suspendre ses expérimentations le temps que l’enquête pour connaître les causes de l’accident se déroule.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que ces voitures sont victimes d’accidents. Il y a plusieurs mois déjà, Uber s’est lancé dans les voitures autonomes avec plusieurs expérimentations aux États-Unis. En septembre de l’année dernière, le service a été officiellement lancé, avec deux techniciens à bord pour surveiller le comportement du véhicule et reprendre le contrôle si besoin.
Quelques mois plus tard (fin d’année dernière) l’État de Californie dénonçait les pratiques illégales de la société de VTC qui menait ses tests de conduite autonome sans avoir obtenu les autorisations nécessaires. L’entreprise retirait alors de la circulation ses véhicules de San Francisco et travaillait alors à un « redéploiement ».
Ce nouvel événement remet sérieusement en cause l’efficacité de la technologie de conduite autonome chez Uber mais aussi met en garde aux utilisateurs et aux entreprises à ce propos. Le Royaume-Uni, la France ou encore la Suisse font partie de ces pays qui testent déjà ces voitures autonomes sur leurs routes. Selon Gartner, ces véhicules pourraient bien représenter jusqu’à environ 25 % du parc des voitures particulières d’ici 2030.
Les avances en technologie sont toujours dangereux mais, cette fois, la perspective de pouvoir étendre leurs cibles et multiplier les opportunités d’attaques fait réjouisser les hackers susceptibles d’accéder à distance à un véhicule et de pirater un ou plusieurs systèmes de bord, comme il l’a démontre Raúl Sanchez, un expert en sécurité des systèmes embarqués en Mundo Hacker Day 2016 au il on fait des chinois en prenant le contrôle de voitures Tesla à distance, et même pendant qu’elles roulent.
Dans ce point, il faut tenir en compte aussi que l’intégration d’un nombre croissant de technologies au sein d’un véhicule, qu’il s’agisse d’améliorer l’expérience de conduite ou de renforcer les performances, doit s’accompagner toujours d’une gestion des risques et menaces associées. Il est impératif que les technologies de sécurité pertinentes et efficaces soient déployées au sein de ces systèmes, même si cela n’est pas (encore) exigé réglementairement.

About Author

Desirée Rodríguez

Directrice de Globb Security France. Journaliste et rédactrice. Avant son incorporation à GlobbTV, elle a développé la plupart de son activité dans le groupe éditorial Madiva. Twitter: @drodriguezleal.

Leave A Reply