Petya, un virus semblable à WannaCry touche de grandes entreprises, notamment en France

0

Le 12 mai, Wannacry infecté des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde entier, paralysant notamment les services de santé britanniques et des entreprises partout dans le monde. Aujourd’hui une nouvelle vague d’attaques massive a frappé simultanément des entreprises en Ukraine, en Russie mais également en France ou Espagne, perturbant leur fonctionnement.

80 entreprises touchées en Russie et en Ukraine

Ainsi, apparemment, les passagers du métro de Kiev ne pouvaient pas payer par carte bancaire, les panneaux d’affichage de l’aéroport de Kiev ne fonctionnaient plus et des banques ukrainiennes devaient mettre en pause certains des services proposés à leurs clients. En Russie, Rosneft, l’un des plus gros producteurs de pétrole au monde, s’est dit victime d’une « attaque puissante » mais a assuré que sa production n’avait pas été interrompue grâce à un serveur de secours.

Aussi Mars, Nivea, Auchan et des structures gouvernementales ukrainiennes sont affectés selon la société spécialisée en sécurité informatique Group-IB qu’affirme il s’agirait des conséquences d’une « version modifiée récemment » du virus Petya.

ataque-ransomware-de-nuevo

Au-delà des frontières de l’Ukraine et la Russie

Petya mapa

L’Ukraine et la Russie ne sont pas les seules: le groupe de publicité britannique WPP a été aussi touché, du même que Mondelez et DLA Piper en Espagne.

Sur le port de Rotterdam, en Hollande, la société de conteneurs APM Rotterdam a également été victime d’une attaque qui affecte ses activités. « La plupart de nos systèmes informatiques sont en panne dans nos filiales à cause d’un virus ».

Saint-Gobain visé en France

En France, le fabricant français de verre Saint-Gobain a expliqué à BFM Business qu’il était lui aussi victime d’un cyberattaque. « Pour protéger nos clients et notre activité, nous avons isolé les systèmes informatiques infectés », a précisé sa porte-parole à la chaîne d’informations.

Des informations rapportées par plusieurs entreprises affirment avoir être touchés par un virus faisant apparaître une demande de rançon de 300 dollars sur l’écran de leurs ordinateurs. Nommé « Petrwrap », il serait une version modifiée du « Petya » qui avait frappé l’an dernier.

Le virus « se répand dans le monde entier, un grand nombre de pays sont affectés », a prévenu sur Twitter Costin Raiu, chercheur du laboratoire russe Kaspersky.

About Author

Desirée Rodríguez

Directrice de Globb Security France et Espagne. Journaliste et rédactrice. Avant son incorporation à GlobbTV, elle a développé la plupart de son activité dans le groupe éditorial Madiva. Twitter: @drodriguezleal.

Leave A Reply