9 compagnies aériennes sur 10 sont exposées au risque de cyberattaque

0

La pandémie de COVID-19 a entrainé l’arrêt brutal des voyages internationaux et, bien qu’un certain nombre de pays tentent d’assouplir leurs mesures, les restrictions restent encore majoritaires. Si le secteur du tourisme a toujours été une cible privilégiée pour les cybercriminels, la pandémie a offert de nouvelles raisons de cibler les voyageurs du monde entier : informations sur leurs réservations, recherche de nouveaux vols et conditions d’annulation. Les cybercriminels ont pu tirer parti de cette incertitude mondiale pour mettre en œuvre de nouvelles menaces.

L’email étant le principal vecteur utilisé par les cybercriminels pour propager une cyberattaque, vérifier le niveau de sécurité de ce canal est un bon indicateur du niveau de protection et du risque encouru pour une marque. Et le moyen le plus efficace pour contrôler ce niveau de sécurité consiste à observer la mise en œuvre du protocole DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting & Conformance) au sein des organisations à étudier.

Ce standard DMARC est l’équivalent d’un contrôle de passeport dans le monde de la sécurité des emails. Il vérifie que vous êtes bien celui que vous prétendez être en authentifiant correctement les expéditeurs par rapport aux normes DKIM (Domain Keys Identified Mail) et SPF (Sender Policy Framework) établies. Cette authentification protège les employés, les clients et leurs partenaires, contre les cybercriminels qui cherchent à usurper l’identité d’une marque de confiance.

Le spécialiste de la cybersécurité Proofpoint, qui a mené une analyse DMARC sur les 296 compagnies aériennes membres de l’Association internationale du transport aérien (IATA) – représentant 82 % du trafic aérien total, révèle aujourd’hui qu’une majorité de ces compagnies est fortement exposée au risque de cyberattaque :

  • 61 % des compagnies aériennes n’ont pas de registre DMARC publié, les rendant plus vulnérables aux cybercriminels qui usurpent leur identité et augmentant le risque de fraude par email visant les consommateurs. 
  • 93 % des compagnies aériennes n’ont pas mis en œuvre l’intégralité de la protection DMARC, ce qui signifie que seuls 7 % des compagnies aériennes protègent de manière proactive leurs clients des emails frauduleux usurpant leur nom de domaine. L’email reste le vecteur principal de menace employé par les cybercriminels. Pourtant, l’ensemble des compagnies aériennes ne mettent pas suffisamment de moyens pour se protéger, s’exposant aux attaques de phishing ou campagnes d’usurpation d’identité.

A l’échelle mondiale :

  • La Chine et l’Asie du Nord ont le plus faible niveau d’adoption du DMARC : 85 % des compagnies aériennes de ces régions n’ayant aucun nom de domaine enregistré, donc aucune visibilité sur l’utilisation non autorisée de leurs domaines. Viennent ensuite l’Asie Pacifique (70 %), l’Europe et le Moyen-Orient et l’Afrique (57 % dans les deux régions) et les Amériques (43 %).  
  • En ce qui concerne la protection proactive de leurs clients contre la fraude par email, la Chine et l’Asie du Nord sont les plus mal loties, 100 % des transporteurs n’ayant pas mis en place la politique DMARC la plus stricte. Viennent ensuite l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (93 % dans les deux régions), et l’APAC et les Amériques (89 % dans les deux régions).

En Europe :

  • Seules 43 compagnies sur 101 ont une politique DMARC publiée (43%), ce qui signifie que 57% n’ont aucune protection DMARC en place.
  • Seules 7 compagnies sur 101 (7 %) ont la mise en œuvre complète recommandée de DMARC pour protéger leurs clients contre les emails frauduleux usurpant leur nom de domaine. Cela signifie qu’un pourcentage alarmant de 93% n’a pas la sécurité requise en place pour empêcher les attaques frauduleuses d’atteindre les utilisateurs.

Il est primordial pour les compagnies aériennes et tous les autres secteurs de continuer leurs efforts pour sécuriser leur infrastructure et de mettre en place des défenses solides afin d’empêcher l’arrivée de nouvelles menaces.

About Author

Desirée Rodríguez

Directrice de Globb Security France et Espagne. Journaliste et rédactrice. Avant son incorporation à GlobbTV, elle a développé la plupart de son activité dans le groupe éditorial Madiva. Twitter: @Drodriguezleal.

Leave A Reply